Pierre Louis Falocci à l’ENSAM

par | Nov 17, 2014 | PARLE, Projeté |

Jeudi 04 Décembre 2014 à 19h00,

à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier,
Plan des 4 seigneurs, Montpellier.
Le 04 décembre prochain, la DRAC LR, la Ville de Montpellier, l’ensam (école nationale supérieure d’architecture de Montpellier), l’Ordre des Architectes Languedoc Roussillon, et la M’aLR (Maison de l’Architecture Languedoc Roussillon) présentent projeté, architecture & cinéma.
Ces institutions soutenant activement la culture architecturale, s’associent pour la troisième édition de leur cycle projeté architecture & cinéma 2014/2015, et proposent pour cette deuxième soirée, une conférence de Pierre Louis Faloci, architecte, enseignant à l’ENSA Paris Belleville, et une projection du film Le retour de Andreï Zviaguintsev

Jeudi 04 décembre 19h00 : lieux, conférence de Pierre Louis Faloci architecte
Pierre Louis Faloci est architecte et enseignant à l’ensa Paris-Belleville.
Pour lui, architecture et paysage forment un tout. Pour chacun de ses projets, il procède d’abord à une observation fine des lieux, de leurs évidences et de leurs “histoires sourdes”. Cette observation est rendue possible par la mise en place
de la transversalité des savoirs (ceux des urbanistes, paysagistes, ingénieurs, architectes, sociologues, historiens…), mais également par les moyens optiques dʼobservations et plus particulièrement le cinéma.
Nourri des films de Kiarostami, Kurosawa, Wenders, Chris Marker, Antonioni, Godard…, Pierre Louis Faloci développe lʼidée selon laquelle le cinéma déplace le sujet du film sur le sujet de lʼobservation architecturale et paysagère. Il propose
une nouvelle façon de se mettre en intelligence avec le lieu.
Le prix de lʼéquerre dʼargent lui a été décerné pour la réalisation du Centre Européen dʼArchéologie du Mont Beuvray. Il a reçu la médaille dʼargent de lʼAcadémie dʼArchitecture et a été nominé trois fois au prix Mies Van der Rohe.

 

Jeudi 04 décembre 21h30 “Le retour” film Russe réalisé par Andreï Zviaguintsev Lion d’or à Venise 2003
Ivan et son grand frère Andreï jouent à la plage avec des amis. Ivan, sujet au vertige, échoue à sauter du plongeoir. Quelque temps plus tard, le père des deux garçons revient au domicile familial après plusieurs années dʼabsence au cours desquelles il nʼa pas donné la moindre nouvelle. Les enfants nʼont, comme seule image de lui, quʼune photo vieille de dix ans où il pose en leur compagnie. Mutique, le père ne cherche pas immédiatement à renouer le contact avec ses enfants. Ivan est tout de suite très hostile à lʼégard de ce personnage quʼil considère comme un intrus. Le lendemain, lʼhomme emmène ses deux fils pour ce qui sʼannonce comme une partie de
pêche. Au cours du trajet, le père tente, maladroitement, de se rapprocher de ses deux fils…
“Lʼhistoire de ce film ne mʼintéresse pas par elle-même : cʼest celle de deux enfants qui retrouvent leur père après une longue disparition. Dans ce paysage nu se dresse un élément vertical, un observatoire à lʼarchitecture quasi contemporaine qui le découpe. Les planches agissent ainsi comme un filtre qui le fait apparaître comme un fantôme. Appréhender un territoire, ce nʼest pas forcément lʼembrasser dʼun seul coup dʼoeil. Cet observatoire permet à lʼinverse de démultiplier les visions, dʼinstaller toutes sortes de distances par rapport au paysage. Cʼest une machine à voir, aussi élémentaire quʼefficace.” Pierre Louis Faloci / Histoire sourde du lieu