Projeté | Architecture & Cinéma | 04 AVRIL 2018

Mar 29, 2018 | PARLE, Projeté

La Maison de l’architecture Occitanie Méditerranée en partenariat avec la DRAC Occitanie, la Ville de Montpellier, l’ENSAM, le CROA Occitanie, proposent :

Projeté, architecture & cinéma cycle 2017/2018

Conférence
Raphaëlle HONDELATTE
+
Projection du Film
RAZZIA

Mercredi 04 Avril 2018 à 19h00, au cinéma Nestor Burma à Montpellier

UN AILLEURS CHEZ SOI
Une conférence de Raphaëlle Hondelatte, architecte

Raphaëlle Hondelatte est diplômée de l’Ecole d’Architecture et du Paysage de Bordeaux, ville ou elle réalise plusieurs maisons individuelles, projets qui fonderont sa pensée sur l’habitat. En 2002 Elle est lauréate des Nouveaux Albums de la Jeune Architecture.

Elle fonde avec Mathieu Laporte l’agence Hondelatte Laporte Architectes à Paris. Depuis sa création en 2002, l’agence s’est vu confier plusieurs études de conception et de réalisation par des maîtres d’ouvrage publics et privés dans des domaines très diversifiés : réhabilitation ou reconversion d’immeubles anciens, maisons individuelles, logements sociaux individuels, intermédiaires et collectifs, bureaux, hébergements d’urgences et CHRS, résidence étudiante et foyer de jeunes travailleurs, ou encore des équipements publics tels que médiathèques, commissariat de Police mémorial d’histoire de la déportation, crèches, groupes scolaire, institut médico-éducatif, Unité de Formation et Recherche.*

L’agence Hondelatte Laporte Architectes à reçu de nombreuses récompenses avec notamment la sélection en 2011 au prix Mies Van Der Rohe. Depuis 2017, Raphaëlle Hondelatte exerce à nouveau en son nom propre, à Paris. Elle exerce une mission d’architecte conseil auprès du bailleur social Logéo Seine Estuaire et enseigne à l’ENSA-Versailles.

RAZZIA
Un film de Nabil Ayouch, maroc/france/belgique 2018,1h59

Casablanca, entre le passé et le présent, cinq destinées sont reliées sans le savoir. Différents visages, différentes trajectoires, différentes luttes mais une même quête de liberté. Et le bruit d’une révolte qui monte…

« Un film de personnages dans des luttes à la fois très personnelles et qui les dépassent », souligne le réalisateur.

Le film parvient à montrer le découplage entre espace privé et espace public sur la scène de la société marocaine, le premier se réduisant à mesure que le second étend, avec de plus en plus de brutalité, sa juridiction.

Nestor BURMA

Share This