AJAP2016 | Exposition & Conférence | 24 MAI – 15 JUIN 2018

Avr 17, 2018 | EXPOSE, Observe

La Maison de l’architecture Occitanie Méditerranée en partenariat avec l’Ecole Nationale d’architecture de Montpellier et l’Arpal vous invite:

à

 l’Inauguration des
AJAP 2016
+
Conférence
ATELIER EGR

Jeudi 24 mai à 18h30, à l’Ensa Montpellier

ALBUM DES JEUNES ARCHITECTES ET DES PAYSAGISTES 2016
Inauguration de l’exposition le Jeudi 24 mai à 18h30

La M’aOM a le plaisir d’accueillir à l’école nationale supérieure d’architecture de Montpellier l’exposition des AJAP 2016 du 24 mai au 15 juin 2018.

Inauguration de l’exposition le jeudi 24 mai à 18h30

suivie d’une conférence de l’atelier EGR,

lauréat des AJAP 2016 représenté par Frédéric Einaudi, Maxime Gil et Anthony Rodrigues

Les Albums des jeunes architectes et paysagistes (ajap) est un concours biennal organisé par le ministère de la Culture et de la communication. Il distingue de jeunes architectes et paysagistes de moins de 35 ans, sans condition de nationalité, ayant réalisé un projet ou participé à un concours en France.
L’exposition, conçue par la Cité de l’architecture & du patrimoine, présente les vingt équipes de la promotion 2016 (15 architectes et 5 paysagistes).

Exposition présentée à l’Ensa Montpellier du 24 mai au 15 juin, 9h-18h.

ATELIER EGR

Cosa fonda-mentalePolariser et re coudre, deux motsqu’affectionne l’Atelier EGR pourqualifier son mode d’interventionsur un territoire. Frédéric Einaudi,Maxime Gil et Anthony Rodrigues sesont rencontrés au sein de l’atelierde Pierre-Louis Faloci à l’école
d’architecture de Belleville. Ils y développent des affinités de travail puis collaborent dans diverses agences (Babin Renaud, François Leclercq ,Enia…). Ensemble, ils participent à des concours ouverts en Suisse, expérience à partir de laquelle ils initient une méthodologie commune.
Très intéressés par l’héritage de l’architecture moderne qu’ils ne cessent de questionner, ils cherchent à se retrouver autour d’une culture de la discipline et à la prolonger. Les situations actuelles de production du projet – qu’il s’agisse des conditions de son économie ou des nouveaux contextes urbains « sourds et diffus » dans lesquels tout architecte est appelé à intervenir – poussent l’Atelier
EGR à revenir aux fondements de l’architecture. Selon eux, travailler dans des territoires aussi imprévisibles qu’inachevés – zones d’activités, zones pavillonnaires, grandes périphéries et autres ZAC – oblige à penser l’architecture comme un outil de structuration. Comment habiter des espaces publics aux limites floues ? Comment reconsidérer une culture de l’entre-deux ? Tels sont les axes de réflexion des architectes de l’Atelier EGR pour définir le rôle d’un édifice dans l’organisation d’un territoire. C’est en cela qu’ils envisagent la question de la forme, intimement liée à celle del a structure. Et s’ils aiment se référer au livre emblématique de Martin Steinmann, La Forme forte, c’est encore dans cette quête du fondamental:
atteindre l’ultime simplification de la forme, une forme presque objective, générale. Ancrer, orienter, ordonnancer et hiérarchiser, ces intentions sont envisagées alors comme des actions directes par l’architecture. Ces implantations fortes qu’ils aiment engendrer et cette nécessité de clarifier la ville par l’architecture offrent selon eux une occasion réelle de mieux habiter. Pour leur opération de 12 logements sociaux à Jouques, les nombreux espaces extérieurs privatifs et collectifs, les escaliers tendus vers l’espace public ou les encadrements préfabriqués des grandes baies vitrées constituent autant d’éléments de transition servant à ordonner le territoire et à définir des manières de vivre dehors. L’Atelier EGR n’a à ce jour pas encore terminé d’ouvrage mais commence plusieurs chantiers en 2017.

Ensa Montpellier

Share This